#UFA et #HISSIS : Impliquer la Diaspora dans les initiatives privées de développement en Afrique. Enjeux et Perspectives. Quel peut être le rôle de la Diaspora ?

Impliquer la Diaspora dans les initiatives privées de développement en Afrique. Enjeux et Perspectives.  Quel peut être le rôle de la Diaspora ?

LIEN PHOTOS CLIQUEZ ICI


L’Union des Femmes Africaines de Belgique et la déléguée internationale de HISSIS, l’association des femmes rurales d’Hikoadjom, ont organisé le vendredi 7 juillet 2017, une soirée d’échanges, animée par sa Majesté Bernard Bayiha, Chef du village de Mbeng (Makak) au Cameroun, Ingénieur civil, Ingénieur de pétrole.
Son intervention était centrée sur des projets en cours de développement au Cameroun portant sur la construction d’un hôtel de luxe à Kribi, le transport interurbain, le mobile money/mobile banking, l’élevage de porc sous forme de coopérative avec pour principales actrices, les femmes.
L’intervenant a insisté sur le caractère privé de sa démarche, celle de proposer à la diaspora africaine de s’impliquer dans des projets  ambitieux et audacieux. Il s’agit d’une main tendue à cette frange de la population avec laquelle on doit compter pour construire l’Afrique. Une démarche inclusive et participative.

La construction de l’hôtel de luxe à Kribi
C’est une réponse à la nécessité d’un tourisme aux normes internationales. C’est le caractère innovant de ce projet dans une ville où faut-il le rappeler il y a déjà un nombre conséquent d’hôtels à tous les prix, pour toutes les bourses. Le projet  vise les besoins d’une clientèle particulière. Sa faisabilité s’inscrit dans la globalité de la réalisation de certaines infrastructures, autoroutières et aéroportuaires en cours et qui faciliteraient son fonctionnement. Des   équipements d’attraction sont prévus : ski nautique, planches à voile, quad et Jet ski. L’hôtel sera construit sur un terrain de 25 000 m2 déjà acquis dont 13 000m2 de surface à construire.
L’intervenant a présenté le programme architectural, le plan cadastral, ainsi que le chronogramme de la réalisation prévue dès  2018 à la mise en service pour 2021.
La volonté des promoteurs est d’y associer la diaspora désireuse d’investir à un pourcentage limité.
Il ne s’agit pas pour la diaspora d’intervenir en rang dispersé dans ce projet. Le défi est donc pour elle de trouver la formule fédératrice qui lui permettra de prendre des actions de façon structurelle et organisée dans ce projet immobilier et touristique,  de contribuer au développement du tourisme au Cameroun tout particulièrement et Afrique de manière générale.
Alternativement, la diaspora pourrait aussi proposer un modèle participatif et inclusif si jamais elle se présentait comme le principal pourvoyeur de fonds dans cet investissement, permettant ainsi à la pluralité de ses membres de contribuer à une telle réalisation.

Le transport interurbain

L’intervenant a présenté son concept de transport interurbain. A partir de la société de transport rural existante MA BÄIS MES destinées aux  communautés, il y a une nécessité de se développer vers une rentabilité efficience mais aussi efficace.
Il s’agit à ce stage d’obtenir les outils, c’est-à-dire les véhicules qui permettront en vue des autorisations au transport interurbain avec des « Bus VIP ».  Á partir d’exemples sur le terrain, et d’hypothèses, il a démontré la rentabilité d’un bus VIP de 45 places entre Yaoundé et Douala.
Il a présenté le compte d’exploitation prévisionnel et le taux de rentabilité. L’ambition de ce projet de transport interurbain s’inscrit aussi dans la perspective de la construction d’autoroutes en cours  au Cameroun : Yaoundé-Douala, Kribi-Edéa. Ce transport interurbain VIP viendrait aussi en complément du projet Hôtel de Luxe à Kribi. Il répond aussi à un besoin sans cesse croissant de transport VIP entre Douala et Yaoundé. Pour rappel certaines initiatives isolées de la Diaspora mettent déjà à disposition des autocars entre Douala et Yaoundé. Une initiative à encourager et à démultiplier sur d’autres axes : Yaoundé- Bafoussam, Bafoussam –Douala etc…
La diaspora a donc été invitée à investir dans l’achat de bus, moyennant une redevance mensuelle.

Le mobile money/mobile banking

Le projet de monnaie électronique et le système automatisé de transaction mobile vont permettre au plus grand nombre de personnes de faire des transactions électroniques. Le projet est porté par AFRIKA SOFT EXPLORER qui a un partenariat avec CAMPOST, la poste camerounaise. C’est une solution business pour les opérateurs économiques et  leurs clients.
Le compte électronique est adossé au numéro de téléphone du porteur par WEB, mobile APPP,USSD, IVR, Dab, limitant ainsi les déplacements en vue des transactions. Il sera ainsi aisé pour celui qui veut aller acheter ses bœufs au nord du Cameroun de se rendre à un cash point à Douala et y faire un cash in (transaction)  et  ensuite de retirer son argent, par cash out dans le Cash point le plus proche du village où il achète ses bœufs. Ceci est rendu possible avec CAMPOST qui a un réseau étendu de 250 bureaux. Les zones géographiques visées sont les zones rurales souvent éloignées des systèmes bancaires traditionnels. La simplification de la tarification par un forfait accessible à tous indépendant du nombre de transactions permettra à tout un chacun de bénéficier des services du mobile banking.
Le projet a besoin d’investisseurs pour les cash point. La caution à verser à la CAMPOST devra être à la hauteur du chiffre réalisé par le cash point. S’il est par exemple de 1000€, une caution équivalente sera nécessaire. Aucune transaction dépassant ce montant ne sera possible que ce soit en cash in ou en cash out.
AFRIKA SOFT EXPLORER est donc à la recherche au sein de la diaspora des personnes désireuse d’investir dans des CASH points post urbains ou ruraux.

Encourager le développement de la filière porcine en zone rurale via les coopératives
Il s’agit à plus d’un titre de :
Diversifier les activités rémunératrices de revenus pour les femmes et les communautés villageoises de manière générale.
D’apporter des solutions aux carences en protéines. La viande est une denrée rare en zone rurale, l’offre est très inférieure à la demande. Viser également l’exportation vers les pays limitrophes : Gabon et Guinée équatoriale.
Permettre aux femmes de faire un élevage de proximité tout en continuant leurs activités champêtres.
Mettre en place des fermes d’élevages dans les villages alentours et qui vont constituer la coopérative. L’objectif étant de réduire les frais de fonctionnement  des élevages

Voilà en substance la communication de Sa Majesté Bernard Bayiha Chef du village de Mbeng (Makak) au public très varié composé de camerounais, malien, guinéen, nigérian, togolais, congolais(RD), rwandais, burundais et zambiens. Une Afrique plurielle venue à la rencontre d’un homme de terrain et ses propositions d’actions concrètes. Des projets qui ont aussi une dimension d’intégration africaine et qui peuvent être dupliqués ailleurs qu’au Cameroun. Le projet monnaie électronique est déjà réalisé dans d’autres pays africains par le partenaire anglais d’AFRIKA SOFT EXPLORER
Pour les réaliser, L’intervenant pense qu’avancer seul, c’est stagner. C’est l’Union qui fait la force. La Diaspora en est une. C’est à elle de le démontrer. Le destin d’un pays doit se faire avec la Diaspora, reste à savoir comment. C’est aussi à la Diaspora de trouver la formule de son implication dans les projets de développement en Afrique. Tout un défi.
Les voyages instruisent. Est la raison pour laquelle l’intervenant a entrepris de rencontrer les diasporas ? Est-ce pour cette raison qu’il a entrepris comme le disait Montaigne à propos des voyages de «  frotter et limer sa cervelle contre celle d’autrui ». ?
Les migrants africains sont des moteurs de développement de l’Afrique et ont un rôle à jouer. Pour ouvrir le débat des échanges très nourries ont eu lieu très contrastés entre une réelle volonté d’entreprendre, de crainte de de la prise de risque.  La démarche a plu. Il ne reste plus qu’aux idées de faire leur chemin vers des actions concrètes d’investissement.

Delphine Nouind
Déléguée internationale HISSIS
Membre de l’UFA
Contact : hissis.delegation@gmail.com

En mars 2017, Mme Regina Mukondola, originaire de Zambie, Présidente de l’Union des femmes africaines (UFA) de Belgique a conduit au Cameroun une délégation de femmes africaines pour rencontrer des femmes en zone rurale dans le département du Nyong et Kelle, à Biyouha et à Hikoadjom.  Elles ont célébré la journée internationale des droits de la femme présidée par Mr le Sous-Préfet de Makak. Plusieurs associations des femmes de la région ont pris part à cette manifestation dont une forte délégation des femmes du village de Mbeng.
La délégation a été reçue par les autorités camerounaises et par le Secrétaire exécutif du CERDOTOLA, le Centre international International de recherche et de documentation sur les traditions et langues africaines basé à Yaoundé. Ce voyage a été un soutien symbolique au développement durable, à l’autonomisation des femmes et des communautés rurales pour montrer que les diasporas africaines peuvent dans une certaine mesure impulser et contribuer au développement de l’Afrique.
L’UFA œuvre tout particulièrement pour la création des passerelles entre l’Afrique et les diasporas de Belgique

Sa Majesté Bernard Bayiha
Ingénieur civil et Ingénieur de pétrole de formation, Sa majesté Bernard Bayiha est depuis le 24 novembre 2015, le  chef d’un village résolument tourné vers l’avenir : MBENG, dans l’arrondissement de Makak au Cameroun.  2060 personnes y vivent (selon recensement PNDP, en 2015) suivant une répartition égalitaire du genre : 1000 hommes et 1060 femmes.
Son cheval de bataille est de développer avec la contribution des habitants, de la diaspora et de l’appui de l’Administration, tout le potentiel économique du village et d’être au rendez-vous de l’émergence en 2035.
Depuis 2016, Il a initié le programme de recensement de la diaspora originaire de Mbeng.
Avec son équipe, il a élaboré un plan de développement 2017-2021 en 6 axes pour améliorer de façon très globale les conditions de vie des populations.
Son approche du développement vise aussi les communautés environnantes, les communautés nationales et internationales de façon très inclusive.

Delphine Nouind
Déléguée internationale HISSIS
Membre de l’UFA
Contact : hissis.delegation@gmail.com

Reportage vidéo à suivre sur www.belafrikamedia.com et sur www.bam-tv.com votre chaine en ligne qui diffuse 24h/24