#BON PLAN – AGENDA SOCIO CULTUREL : CONCERT – EXPOSITION – LITTERATURE – CONFERENCE …… DECEMBRE 2017 – BRUXELLES

AGENDA SOCIO CULTUREL : CONCERT – EXPOSITION – LITTERATURE – CONFERENCE …… DECEMBRE 2017

 

Soirées togolaises : du 1 au 2 /12/2017 à Bruxelles

VENDREDI 01/12/2017
de 17h30 à 22h00
Apéro Togolais
-Vernissage expo peinture ( Baminla Lambony )
-Présentation des activités de Tralala asbl au Togo
– Projection de vidéo et débat
– Dégustation
……………………..……………………..……………………..……………………..……………..

SAMEDI 02/12/2017
– 15h00 – 18h00: Famili’art workshop ( grimage, balloon’art, peinture , poterie, danse , percussions + atelier de cuisine
-19h00 : Chorale
– 20h00 : Panafrica jam open by Rojah Lao and tralala band ( Reggae , afro beat , jazz … )
+ repas Togolais
Entrée gratuite

ADRESSE : Vandenboogaerdestraat 93 , 1080 Sint-Jans-Molenbeek, België

***************************************************************************************************************

SOIRÉE AFRICAINE LE 09/12 A BRUXELLES

 

Thème : LE PAGNE SANS COUTURE.

AU PROGRAMME :

18H00 à 21h 30 :
LE LANGAGE DU PAGNE : Démonstration de l’habit à l’accessoire avec DADA STELLA KITOGA.

DÉFILÉ DE MODE: LE PAGNE SANS COUTURE.
La facilité dans l’habillement et customization.
avec MAGUY MOZA MANGAZA /La femme rurale avec APEDEF

HISTOIRES DRÔLES avec APPOLINAIRE DJOUMOU Conteur Camerounais

21H 30 à 2H00 :

CONCERT Rumba Congolaise
DIDIER ANACONDA /PRINCE BELA/COSTA RICA DE SWEDE SWEDE /THIRO/JESUS DE TSHANGU/TSHANDA SOURATE /CHABBROWN DE VIVA MUSICA.

BUFFET non stop avec GINA DE DIEU au menu : Ntaba /Makayabu /Ailes de poulet /Chikwangue /Makemba

ENTRÉE 10 euros.
INFOS ET RÉSERVATIONS :
0465 40 34 74- 0499 88 44 94 -0499 88 68 51

MC : ANNE-VALERIE NOUIND

CO-ORGANISATION FDBVIADA asbl- CIAB asbl – AFRICA MULTI FONCTIE – APEDEF asbl.

 

SALLE VK : Rue de l’école 76, 1080 BRUXELLES . Métro Comte de Flandre /Métro Ribaucourt

*************************************************************************************************************************

31ème Café littéraire  » Regards de femmes » LE 15/12

 

INVITATION
Hemley Boum est une auteure qui s’inscrit dans le sillage des grandes auteures africaines! Sa plume et sa parole très fortes!
LINGEER en partenariat avec le Kanodou Resto et Turbulences Visuelles vous invite au 31ème et dernier Café littéraire « Regards de femmes »de l’année le vendredi 15 décembre 2017 au Kanodou Resto à la Chaussée de Charleroi 73, 1060 Saint-Gilles.
Modération: Moise Moïse Essoh

Photo de Lingeer de Belgique et Ami-e-s.

LES MAQUISARDS de Hemley Boum est un choc émotionnel inouï, un phare dans la nuit de la mémoire, une boussole pour l’avenir.

Un roman qui révèle à travers une saga familiale bouleversante le rôle éminent du peuple bassa dans la libération du joug de la colonisation au Cameroun.

Un pan caché de l’Histoire déployé dans un vécu de chair, de sang et d’amour, sans angélisme ni pathos.

Conjuguer le passé au présent pour réenchanter la dignité humaine. Savoir d’où l’on vient et qui a forgé notre avenir. LES MAQUISARDS de Hemley Boum symbolise tous ceux qui paient le prix fort de la liberté.

En même temps, il traverse l’âme en poussant le lecteur dans les retranchements de ses propres deuils, et espoirs en la suite de l’histoire, celle des personnages du roman, la sienne, la nôtre.

31ème Café littéraire modéré par Moïse Essoh

DATE : 15 décembre 2017

LIEU : Kanodou Resto

ADRESSE : Chaussée de Charleroi 73, 1060 Saint-Gilles.

***************************************************************************************************************************************************************

 

Afro-féminisme, au-delà du label le 18 /12

Féminisme et intersectionnalité, Afro-féministe labellisée ou femme noire féministe ? les concepts-clés ainsi que différentes réalités qu’ils recouvrent n’auront plus aucun secret pour vous. Un workshop interactif et créatif où des chercheuses et des femmes actives dans le milieu associatif et militant se rencontrent et échangent en termes de concepts-clés, d’historique et de bonnes pratiques.
Cet événement est organisé par l’association Bamko. Il fait partie d’une campagne de sensibilisation : Décolonisation Nationale dans le cadre de la décennie des Afro-descendants.

 

LIEU : PIANOFABRIEK CITYLAB

FORTSTRAAT 35, 1060 SAINT-GILLES

HEURE : 18H à 21H

INFO & CONTACT

 TEL : 02 541 01 70
*************************************************************************************************************************************

Contre-sommet pour la justice migratoire LE 12/12

L’Europe est la destination la plus dangereuse du monde. Changeons l’Europe !

>> Infos et programme sur :
https://www.cncd.be/121217-bruxelles-contre-sommet-citoyen

Les 14 et 15 décembre , les gouvernements des états membres de l’UE se réuniront à Bruxelles. A l’agenda, les migrations s’imposent de sommet en sommet à l’ordre de jour, sans pour autant trouver de solution coordonnée à l’échelle européenne, de réponse digne qui permette de faire face à la tragédie humaine qui se joue à nos portes. En 2016, plus de 5 000 migrants sont morts en tentant de rejoindre les côtes européennes.

Et si l’on remettait un peu de justice et d’humanité dans tout ça ? Revendiquer la lutte contre les inégalités mondiales et l’importance de créer des voies sûres et légales d’accès au territoire européen constitue une piste sérieuse que de nombreux citoyens et organisations sont prêts à défendre. C’est ce à quoi s’attèlera le Contre-sommet citoyen du 12 décembre au Markten à Bruxelles. Une journée riche en ateliers, débats, rencontres qui cherchera, certes, à analyser la situation mais aussi à proposer des solutions tant sur le dumping social intra européen, que sur les voies sûres et légales de migrations.

Le lendemain, c’est à une grande mobilisation dans les rues de Bruxelles que nous vous convions. Ensemble, sous les bannières de la justice migratoire et de la justice sociale. Ni repli sur soi, ni mondialisation débridée !

>> Infos et programme sur :
https://www.cncd.be/121217-bruxelles-contre-sommet-citoyen

Le 12 décembre au Markten à Bruxelles !!!

***************************************************************************************************************************

L’afroféminisme, l’émergence d’une lutte le 11/12

Comment vit-on en Belgique en étant femme et noire à la fois ? Quels combats doit-on mener ? Quelles en sont les spécificités, les écueils ? Double discrimination et donc le double d’efforts, d’incompréhension ?

Ce mouvement né dans les années septante aux USA, émerge à peine en Belgique. En France, la réalisatrice Amandine Gay incarne la voix de ce mouvement. Elle a réalisé en 2016 le documentaire « Ouvrir la voix », le récit de 24 femmes noires face aux idées préconçues et stéréotypes.
Cet afroféminisme mal connu sera au centre du débat organisé par MICMag et le CBAI avec Marie-Reine Iyumva (étudiante à l’IHECS), Geneviève Kalinda (coordinatrice de la cellule afroféminine du Collectif Mémoire Coloniale et Lutte contre les Discriminations), Leslie Makoso (membre), Achaïso Ambali (membre) et Jacinthe Mazzocchetti, anthropologue et Professeure à l’UCL. Le débat sera modéré par Julien Truddaieu (CEC ONG).

Lieu : IHECS

Rue de l’Etuve, 58-60, 1000 Région de Bruxelles-Capitale
********************************************************************************************************************************

THEATRE :  « Délestage » jusqu’au 23/12

« Oui, m’dame, à Kinshasa, la mort est un état civil qui nous colle à la peau et on s’en moque. Comme ces gamins qui jouent au football avec elle dans le quartier, pieds nus, en chevauchant des câbles électriques dénudés et béants au sol et on s’en moque ».

Un congolais est arrêté en situation irrégulière à Bruxelles lors d’un contrôle policier. Suspecté d’être un terroriste potentiel – on est au lendemain des attentats en Europe – il est interrogé par des policiers avec lesquels il partage une même passion pour l’Euro de foot et l’équipe nationale Belge. Entre supporters il se croit naïvement tiré d’affaire, mais ce soir-là les Diables Rouges perdent le match contre le Pays de Galles et il est transféré en centre fermé…

Là, face à une avocate commise d’office et peu motivée, il parle de son pays… Avec en vrac : Papa Wemba, la Cour pénale de La Haye, les migrants, les chiottes collectives, les délestages en tous genres, le terrorisme, les casques bleus, le Dieu Coltan, la rumba des kalachs, le ndombolo-couper-décaler des élections libres et, bien sûr, l’article 15 de la constitution populaire : « débrouillez-vous »…

La création de Délestage s’inscrit bien dans le développement d’une coopération artistique entre des acteurs majeurs de Belgique et du Congo, dont le Théâtre de Poche est l’initiateur et le réceptacle depuis vingt ans. Délestage est une « kinoiserie » drôle, émouvante, interpellante, d’une sincérité troublante.
« Il y a quelque chose d’inquiétant dans l’humour de ce jeune auteur congolais, un peu comme le rire d’une hyène qui va passer à table » Roland Mahauden.

Egalement au Tarmac (Paris) du 14 au 16 mars 2018

De et Avec : David-Minor Ilunga | Mise en scène : Roland Mahauden | Scénographie : Olivier Wiame | Lumières : Xavier Lauwers | Son : Marc Doutrepont

Une coproduction du Théâtre de Poche (Bruxelles), du Tarmac – scène internationale francophone (Paris), de la Charge du Rhinocéros et des Récréâtrales de Ouagadougou (Burkina Faso) avec le soutien de Wallonie-Bruxelles International, et la participation du Tarmac des Auteurs (Kinshasa) et de la Loterie Nationale.

LIEU : THEATRE DE POCHE

ADRESSE : Chemin du Gymnase, 1A, 1000 Région de Bruxelles-Capitale
PLUS D’INFO ICI Théâtre de Poche
**********************************************************************************************************************************************

 

Projection du documentaire de Quentin Noirfalisse « Le Ministre des poubelles » LE 16/12


La projection sera suivie à 19h15 d’une rencontre avec le réalisateur.
Entré gratuite – La projection sera suivie à 20h30 du spectacle « Délestage » de David Minor Ilunga: http://poche.be/spectacle/delestage

En pleine période de tensions électorales au Congo-Kinshasa, Quentin Noirfalisse part à la rencontre d’Emmanuel Botalatala, surnommé « le Ministre des Poubelles », pur artiste de rue, qui transforme les ordures en objets d’art engagés et didactique.

Emmanuel Botalatala implante son art au cœur des quartiers populaires de Kinshasa. Il collecte son matériau principal dans les vastes tas de détritus qui jonchent la capitale. Car il voit dans le déchet un objet qui n’a pas fini d’épuiser ses possibilités, auquel on n’a pas permis de sortir l’expression totale de ses possibilités. Cette démarche va bien entendu à l’encontre de la société de surconsommation qui bazarde sans cesse pour racheter du neuf. D’une vieille chaussure à des boîtes de conserve en passant par des cheveux, Botalatala rassemble les objets de manière artistique et leur fait porter un message. Son rêve : vivre dans un état de droit. Son ambition : pouvoir tout recycler (le gouvernement, le parlement et les institutions internationales).