Les rebelles  »vont se retirer » de Goma

 

Les rebelles du M23 auraient décidé de se retirer de la ville de Goma qu’ils ont capturée la semaine dernière. Samedi, les pays des Grands Lacs avaient donné 48 heures aux mutins pour quitter la ville. Malgré l’expiration du délai, les rebelles étaient toujours mardi matin dans la capitale du Nord-Kivu.

Certaines sources font encore état de combats sporadiques dans quelques secteurs.

Interrogé sur un accord conclu dans la capitale ougandaise Kampala entre la rébellion et une médiation des pays des Grands Lacs, menée par l’Ouganda, le colonel Antoine Manzi a répondu : « C’est vrai ».

Au lendemain de la prise de Goma par les combattants du M23, l’ONU a mis en garde contre une grave crise humanitaire dans la région dont les richesses suscitent de nombreuses convoitises.

Au cours des sept derniers mois, quelque 500.000 personnes ont fui leurs foyers.

Par ailleurs, accusés par les experts de l’Onu de soutenir les rebelles du M23, l’Ouganda et le Rwanda ont fermement nié ces allégations.

Kigali a justifié son appui à d’ex rebelles dans l’est du Congo en estimant que c’était le seul moyen d’empêcher les milices hutus d’y lancer des attaques.

Le président Joseph Kabila a récemment lancé un appel  » au peuple ainsi qu’à toutes les institutions » à se mobiliser contre l’agression dont son pays se dit victime.

Il avait par la suite changé son discours se disant prêt à examiner les demandes de la rébellion du M23.

Aux dernières nouvelles, les rebelles du M23 auraient fixé des conditions pour un éventuel retrait de la ville de Goma.

Parmi leurs exigences figurent notamment la libération de prisonniers politiques et la dissolution de la Commission électorale.

Selon la BBC

Yakhouba Diarra

Stagiaire

Editeur responsable

Bel’afrika Media asbl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.