La Belgique participe aux commémorations du génocide rwandais ce lundi – www.belafrikamedia.be / WEBTV

Malgré les déclarations de Paul Kagame, qui dénonçait le « rôle direct » de la Belgique et de la France dans le génocide, la délégation belge a maintenu son voyage.

Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, qui a des relations tendues avec le président Kagame, explique : «  Nous n’allons pas à Kigali pour rendre hommage à un gouvernement, mais pour rendre hommage aux victimes du génocide et aux Belges, militaires et civils, qui ont été assassinés il y a 20 ans. Il faut aller sur place pour comprendre réellement ce qui s’est passé ; accompagner les familles dans ce voyage est notre devoir  ».

« Les propos de Paul Kagame ne sont pas les plus opportuns »

À propos de l’interview de Paul Kagame, il poursuit : «  En ce qui concerne le rôle de la Belgique au moment du génocide, tout a été dit pendant la commission d’enquête parlementaire. S’il y a des commentaires à faire à propos de responsabilités politiques belges, c’est à ceux qui étaient en poste à l’époque de s’en charger. Elio Di Rupo était vice-premier ministre à l’époque… On peut comprendre la réaction de la France, qui est accusée directement alors qu’on sait que ce sont des groupes extrémistes qui ont organisé le génocide. Cela dit, les propos de Paul Kagame ne sont sans doute pas les plus opportuns : ces jours-ci, l’heure est à la commémoration  ».

Le Premier ministre Di Rupo, qui a préféré rester en Belgique, est cependant venu saluer les familles avant le départ de l’aéroport militaire de Melsbroek, et les accompagner jusqu’au pied de l’Airbus de la Force aérienne, dont ce sera le dernier voyage. «  Dans quelques heures, vous allez fouler le sol sur lequel plus de 800.000 personnes ont été assassinées, dont des êtres qui vous étaient chers  », a déclaré Di Rupo, avant de rappeler «  le caractère imprescriptible des crimes qui ont été commis. Leurs auteurs doivent continuer à être poursuivis et jugés. Quant à nous, nous devons reconnaître les erreurs du passé et en tirer les leçons. Au Rwanda comme ailleurs, certaines valeurs doivent se renforcer, et notamment la transmission des valeurs démocratiques aux plus jeunes. Je veux dire aux familles que tous les Belges sont à vos côtés  ».

« Un beau moment de partage »

D’autres hommes politiques proches des familles des victimes étaient aussi venus les saluer avant le départ de l’avion : Louis Michel, André Flahaut, et Guy Verhofstadt, qui a, en 2000, présenté les excuses de la Belgique à Kigali  : «  J’ai fait plusieurs fois ce voyage à Kigali, et je sais quelle émotion vous allez ressentir lors des commémorations. Pour moi, le génocide a été un tournant dans ma vie, personnelle comme politique. La première fois que je suis allé à Kigali après le génocide, c’était en 1996 : cela a été un vrai choc de voir ce qui peut arriver, les dernières traces de ce génocide, le plus atroce possible. Depuis, mon approche de la politique a changé : il ne s’agit pas seulement de chiffres et de déficits, mais de lancer des réformes de société pour éviter que des atrocités comme cela arrivent de nouveau  ».

Une présence fortement appréciée par les représentants des familles des paras et des victimes civiles belges. Quelques Rwandais de Belgique ayant accompagné la recherche de la vérité pendant toutes ces années sont aussi du voyage. Dans la cafétéria de Melsbroek, l’ambiance était particulière à quelques heures du décollage : un mélange de recueillement et de joie de se retrouver, comme une grande famille qui a été dispersée. Les enfants des paracommandos disparus se font photographier à côté d’André Flahaut, Guy Verhosftadt serre chaleureusement les mains, Louis Michel prend des nouvelles des uns et les autres. «  Un beau moment de partage  », note, émue, Bernadette Mukagasana, qui, après avoir perdu tant de membres de sa famille dans le génocide, a été partie civile dans les procès de génocidaires rwandais qui ont eu lieu à Bruxelles.

Véronique Kiesel

  lesoir.be

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.