Communiqué de presse : La Plateforme Prévention Sida vous présente sa nouvelle campagne « Freins au dépistage »

Dans le cadre de la Journée Mondiale de Lutte contre le SIDA et la European Testing Week, le projet Cool and Safe de la Plateforme Prévention Sida lance une nouvelle campagne sur les freins au dépistage du VIH et des Infections sexuellement transmissibles au sein des communautés étrangères

Communiqué DE PRESSE

« Action test, VOUS RASSURER NOTRE PRIORITE »

LA PLATEFORME PREVENTION SIDA LANCE une nouvelle CAMPAGNE SUR LES FREINS AU DEPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST)au sein des communautés d’origine étrangère.

Avec les mois de confinement et l’impact de la pandémie de la Covid19 sur les systèmes de santé, l’offre de dépistage du VIH et des IST a diminué, ce qui risque d’avoir des conséquences sur l’évolution de leur transmission. En effet, une IST non dépistée est une IST non traitée qui peut donc être plus largement transmise. À l’occasion de la Journée Mondiale de Lutte contre le VIH et de la European Testing week (du 19 au 27 novembre), le projet Cool and Safe de la Plateforme Prévention Sida augmente son offre de dépistage en proposant de nombreuses actions de dépistage gratuites à destination  des communautés d’origine étrangère et lance une nouvelle campagne sur les freins au dépistage du VIH et des IST.  

Découvrez la campagne et le programme de la European Testing Week 

sur www.cool-and-safe.org

Le VIH en chiffres au sein des communautés étrangères

Selon le rapport de Sciensano, en 2019, 923 personnes ont appris qu’elles étaient porteuses du VIH, soit en moyenne 2,5 nouveaux cas par jour. En Belgique, le nombre de personnes porteuses du VIH sans le savoir est estimé à environ 2000 personnes à 18.908 personnes, soit 1,7 personne pour 1000 habitants.

En Belgique, l’épidémie se concentre essentiellement sur deux populations : 

  • 51% des nouveaux diagnostics concernent les hétérosexuel.le.s, dont une majorité de personnes originaires d’Afrique subsaharienne
  • Les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH) représentent quant à eux 49 % des nouvelles infections enregistrées.

En 2019, 46% des infections transmises par voie hétérosexuelle ont été diagnostiquées tardivement

Le DEPISTAGE, un pilier majeur de la prévention combinée 

Le dépistage représente le 1er pilier des objectifs de l’ONUSIDA dont la volonté est que, 95% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique d’ici 2030. 

Les avantages d’un dépistage précoce sont de :

  • Bénéficier rapidement d’un traitement
  • Pouvoir atteindre rapidement une charge virale indétectable grâce aux traitements et donc ne plus transmettre le virus lors de rapports sexuels (c’est le concept I=I, Indétectable = Intransmissible).
  • Pouvoir maintenir un bon état de santé

Une campagne à l’attention des communautés d’origine étrangère

La campagne vise les communautés d’origine étrangères, avec un focus sur les Afro-latino-caribéens, particulièrement exposés au risque d’infection par le VIH comme le montrent les données épidémiologiques. Il s’agit également d’un public qui cumule un certain nombre de fragilités (individuelle, institutionnelle et sociétale) dans la prise en charge de sa santé.

 Le nombre de contaminations au sein de cette communauté reste encore élevé, avec des dépistages réalisés le plus souvent à un stade tardif (plus de deux ans après l’infection). Or, le fait de pouvoir être dépisté·e assez tôt permet de recevoir rapidement un traitement, avoir une charge virale indétectable, ne plus avoir peur de transmettre le VIH à son, sa ou ses partenaires, avoir une vie sexuelle satisfaisante, maintenir une bonne santé et faire des projets de vie ou de famille : ça change tout !

Un certain nombre de freins au dépistage peut être mis en avant pour expliquer le recours tardif au dépistage et les difficultés à mobiliser ces communautés autours de cette question. 

Il s’agit notamment :

  • des difficultés d’accès (prix, lieux, horaires,…), 
  • des difficultés à aborder les questions de sexualité,
  • la peur du jugement sur ses comportements,
  • la peur de l’après résultat (accès aux traitements, impact sur le statut de séjours,…), 
  • la méfiance envers le « système officiel » et les mauvaises relations avec le corps médical,
  • la méconnaissance de l’évolution des traitements (I=I) et de l’importance du dépistage, 
  • la discrimination et le rejet des personnes vivant avec le VIH au sein des communautés. 

Concepts et outils de la campagne 

La campagne s’inspire de ces freins et se décline en 5 capsules vidéo de témoignages, 10 cartes postales et un flyer d’information sur l’actualité du VIH.

Le flyer est destiné à mettre à jour les connaissances du public sur le VIH : les modes de transmission, les techniques de dépistage et les délais à respecter après une prise de risque, la fréquence de réalisation d’un dépistage, les lieux de dépistage, les modes de prévention (préservatif, TPE, PrEP, I=I), etc…

Pour découvrir tous les outils de la campagne (capsules vidéo, cartes postales et flyers) surfez sur https://preventionsida.org/fr/ressources/campagne-freins-au-depistage/ 

Contacts 

Plate-Forme Prévention Sida

Place de la Vieille Halle aux Blés, 29-28 à 1000 Bruxelles

02/ 733 72 99 – www.preventionsida.org 

Directeur : Thierry Martin – th.martin@preventionsida.org – 0476/630 631

Responsable de projet : Trésors KOUADIO – t.kouadio@preventionsida.org

Plus d’informations sur cette campagne : https://preventionsida.org/fr/ressources/campagne-freins-au-depistage/

N’hésitez pas à contacter à l’adresse info@preventionsida.org ou au 02 733 72 99 pour plus d’information !

User : bam mot de passe: bam